L’amour du pinot noir aux vignobles Brumont

Antoine Veiry, beau-fils et successeur d’Alain Brumont, a offert aux pinots noirs de Montus et Bouscassé des cuvées parcellaires parce qu’à Madiran,il n’y a pas que des grands tannats.

« Quand on aime le pinot noir et que l’on est vigneron en dehors de la Bourgogne, c’est un rêve de pouvoir le vinifier un jour » avoue Antoine Veiry qui prend progressivement la relève de son beau-père aux châteaux Montus et Bouscassé en Madiranais après avoir fait ses armes notamment chez Joseph Drouhin en Bourgogne et en Oregon. Alain Brumont avait retrouvé de vieux écrits datant de plus de 200 ans du prieuré de Madiran sur le pinot, ce qui lui avait donné l’envie d’en planter à la fin des années 90 pour montrer que cette région au nord du Béarn n’était pas qu’une terre de tannat. « A l’époque, personne n’y croyait; beaucoup pensaient que le climat ici était trop chaud mais le cépage profite des grandes amplitudes thermiques et des maturités longues dues à la proximité des Pyrénées ». Il se plaît pourtant sur les pentes Est et Nord des terroirs frais d’argile et de galets roulés, où les Brumont-Veiry plantent d’ailleurs de plus en plus de blancs.

Des vinifications séparées

Le premier millésime du « pinot noir d’Alain Brumont » est sorti en 2008, un assemblage de trois terroirs élevé en barriques à 60% neuves. « C’était un vin assez puissant et démonstratif, reconnaît Antoine. Et lorsque je suis revenu au domaine en 2017, j’ai voulu expérimenter des vinifications séparées pour les profils différents de Montus et Bouscassé. Pour faire de grands pinots noirs, il ne suffit pas d’un terroir et d’une bonne exposition, il faut aussi avoir un cycle le plus long possible et savoir le vinifier (au ph plutôt qu’à la maturité) pour qu’il soit digeste jeune tout en pouvant faire un vin de garde ». Aujourd’hui le domaine compte quatre parcelles, trois de 2-3 hectares à Bouscassé, un hectare à Montus qui produisent désormais deux cuvées parcellaires en Vin de France, toujours proposées en millésimes décalés prêts à boire sur un profil entre Bourgogne et Oregon. Antoine estime avoir atteint le potentiel maximum de pinot noir sur les vignobles Brumont et replante désormais du tannat en sélection massale et du blanc.

©F. Hermine

Château Bouscassé Pinot noir 2017 (18€) : Vinifié a 25-30% en grappes entières, élevé un an en foudres de 800 l. Des arômes de fruits rouges, kirsch, épices, thym. Un beau volume sur une trame minérale et fraîche, des tanins soyeux. (Le 2018 sort bientôt)

Château Montus Pinot noir 2018 (3500 bouteilles – 50€) : C’est le premier pinot noir de Montus vinifié par Antoine Veiry. 25 a 30% de grappes entières, élevage moitié en barriques neuves, moitié en 600 l. d’un vin.  Une couleur de clairet, des arômes de fruits rouges et noirs, une note poivrée, une trame fine et délicate.

Cet article L’amour du pinot noir aux vignobles Brumont est apparu en premier sur Terre de Vins.