Oenologiquement-votre

Imprimer

La région viticole Corse

Histoire

La renommée légendaire du vignoble corse débute bien avant les grecs.
Alors que la vigne poussait à l’état sauvage, on recueillait déjà ces petites baies si douces au palais.
Bien plus tard, cette plante, mise en culture et enfin domestiquée, sera considérée comme l’une des
grandes conquêtes de l’humanité, car source d’une boisson sacrée.
Ainsi les vins corse doivent leur identité forte à un savoir-faire, héritage d’une tradition viticole qui remonte à l’antiquité.

Six siècles avant JC, les Grecs faisaient du vin d’Alalia (Aleria) un de leurs breuvages favoris.
Les Romains prirent la suite.

En 35 avant JC, Virgile évoquait déjà les qualités du vin de Balagne, couleur de rubis et agréable au goût. Durant les siècles d’invasions et de troubles qui suivirent la chute de l’Empire Romain, la vigne survécut, attendant le retour de la paix... et des vignerons.

Au XIème siècle, devenus administrateurs de l’île, les Pisans mirent le vin corse dans les ciboires de leurs prêtres et les gobelets de leurs notables.

Un siècle plus tard, les ayant remplacés, les Génois firent de même.

Après 1769, la souveraineté française ne mit pas fin à l’activité viticole et à ses exportations vers l’Italie du Nord, bien au contraire !

Après 1850, coup de frein. L’Oïdium puis le Phyloxera ravagèrent le vignoble. Ces fléaux furent cependant surmontés par des hommes déterminés. Et, à la fin du siècle, on observa même une reprise des ventes à l’extérieur et l’essor de grands domaines. Cependant, dès les premières années du XXème siècle, un effondrement général des prix du vin stoppa net cette expansion.

La Grande Guerre paracheva le déclin. Elle tua d’une même mitraille les hommes, les vignes et les liaisons commerciales. Ne subsistèrent alors que des îlots de production en marge du marché.

Cinquante ans s’écoulèrent avant que la viticulture insulaire ne redevînt un véritable secteur économique.
Héritières de ces racines millénaires, les A.O.C (appellation d’origine contrôlée) d’aujourd’hui ont été déterminées par la localisation et la proportion des cépages autochtones, ainsi que par les spécificités naturelles de chaque terroir viticole. Ce sont autant d’éléments qui composent aujourd’hui l’identité des vins corses et font leur spécificité.

Forts d’un savoir faire reconnu et sachant tirer le meilleur d’atouts naturels que le monde entier nous envie, les viticulteurs corses continuent de développer une démarche «Qualité».

Ils privilégient la sélection et l’amélioration des cépages locaux, font appel aux technologies nouvelles (vinification, embouteillage, vieillissement) pour bonifier, toujours et encore, leur production.
Ainsi, ils obéissent à l’éthique millénaire du vigneron : c’est-à-dire en hommes en quête du meilleur, se sentant investis d’une histoire et d’un savoir-faire qu’ils doivent préserver, valoriser et transmettre.

Ce sont là les clefs de la réussite que le vin corse connaît à présent.

Le vignoble Corse

Une climatologie spécifique

La corse appartient au climat méditerranéen. Elle possède cependant des traits climatiques spécifiques dus à la présence de la mer, de la montagne et de sa latitude.

Des contrastes marqués tant au niveau des températures que des précipitations sont dus à sa situation géographique mais également à l’importance de son relief montagneux.

La qualité du vin est due en grande partie à la douceur estivale de la corse. De plus, cette île possède un ensoleillement exceptionnel : 2885 heures par an, soit le record de France.

Mais ceci n’exclut pas de nombreuses précipitations, des vents violents et des écarts de températures importants. On peut d’ailleurs remarquer que la latitude est un élément déterminant pour la pluviométrie.

Sols et climats ont créé le cadre naturel dans lequel, au fil du temps, se sont constitués les terroirs viticoles corses.

Une géologie différente selon quatre régions

Au premier contact, la Corse apparaît comme une « montagne dans la mer », une montagne de taille modérée (183 km de long) mais imposante, puisqu’elle culmine vers 2710 m au Monte Cinto. Elle présente une remarquable diversité et complexité géologique qui se traduisent par une topographie tourmentée et un relief vigoureux. La Corse se divise en quatre grandes régions géologiques :

• La Corse granitique de l’Ouest : Elle occupe les 2/3 de l’île et est limitée par le sillon central qui s’étend de Solenzara à Corte.

• La Corse alpine de l’Est : Avec ses nombreuses variétés de schistes du Nord et de l’Est.

• Au Nord-Ouest : Les placages calcaires de Patrimonio, près de Saint-Florent rappellent la Toscane.

• La côte orientale : Elle est composée de sols argileux ou silico-argileux.

Culture de la vigne : Terroir, Cru

Le Terroir

Le terroir Corse a une typicité particulière suivant ses différentes régions viticoles.
On remarque également que les cépages découlent du terroir. D’ailleurs, la région de Patrimonio est marquée par le cépage Niellucciu grâce à ses sols argilo-calcaires. Tout comme le cépage Sciaccarellu que l’on trouve plus particulièrement dans la région d’Ajaccio, grâce à ses sols granitiques.
Il existe également dans certaines zones d’Appellation d’Origine Contrôlée, une mixité de cépages sur un même type de sol qui donne des résultats d’assemblage de très bonne qualité.

Le Cru

Les meilleurs crus se distinguent par la régulation de l’alimentation en eau de la vigne.
Alors qu’un excès d’eau a des conséquences fâcheuses sur le développement de la baie et des feuilles, un manque d’eau provoque au contraire un stress hydrique qui a des conséquences sur la couleur et la saveur du vin.
Un équilibre entre présence en eau (nécessaire à la vie de la plante) et sa faible quantité (garante d’une température constante) est donc essentiel pour assurer la qualité du raisin et donc du vin.
En Corse, un travail de sélections parcellaires a été établi afin de favoriser la qualité du vin.
Le résultat aujourd’hui est très encourageant car les vins de Corse ont gagné en termes de définition, de style et de précision. Ils ont aujourd’hui une identité ainsi qu’une âme plus profonde.

Les appellations

La Corse compte aujourd’hui 9 Appellations d’Origine Contrôlée classées comme ceci :carte-vins-de-corse2

• 2 Appellations principales : « Ajaccio » et « Patrimonio ».
• 5 Appellations de type « villages » : « Vin de Corse » ou « Corse » suivi des noms suivants :

• AOC Corse « Calvi »
• AOC Corse “Sartène”
• AOC Corse « Figari »
• AOC Corse « Porto-Vecchio”
• AOC Corse “Coteaux du Cap Corse”

• 1 Appellation de type régional : « Vins de Corse »
• 1 Appellation pour les vins doux naturels (VDN) : « Muscat du Cap Corse »

Source: CIVC

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Sujet:
Commentaire:
yvComment v.2.01.1