Oenologiquement-votre

Imprimer

Cité du Vin : Plusieurs manifestations en marge de l'inauguration par Hollande

Les opposants à la loi travail, réunis à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, l'UNEF, FIDL), avaient annoncé qu'ils souhaitaient "accueillir" le chef de l'Etat, François Hollande lors de

sa visite à Bordeaux.

Rassemblés sur les quais de la Garonne, les manifestants étaient cantonnés à environ 500 mètres du bâtiment, derrière des barrières et un cordon de gendarmes mobiles. Parmi eux, le syndicaliste CGT et candidat à la présidentielle pour le Nouveau Parti anti-capitaliste (NPA) Philippe Poutou.

COUPURE D'ÉLECTRICITÉ

Des membres de la CGT du secteur de l'énergie ont tenté un coup d'éclat avec une coupure de courant dans le quartier juste avant l'allocution du chef de l'Etat. Si la coupure d'électricité a bien touché certaines salles du bâtiment, dont la salle de presse, elle n'a eu aucune incidence sur la visite et le discours du chef de l'Etat dans l'auditorium, qui se poursuivaient normalement, selon plusieurs journalistes.

"Il y a bien eu une coupure d'électricité, mais un groupe électrogène a pris le relais dans les espaces publics", a confirmé une responsable de la communication de la Cité du Vin.

"Le président est dans le noir", avait affirmé peu avant Corinne Versigny, secrétaire générale de la CGT Gironde, parmi les manifestants. Cette action-surprise a également été revendiquée dans un communiqué par la Fédération nationale CGT des mines et de l'énergie (FNME).

"STOP PESTICIDES"

Des militants écologistes, opposés à l'utilisation des pesticides dans la viticulture, se sont également rassemblés non loin de la Cité du Vin et du rassemblement syndical. Plusieurs organisations écologistes - Les Amis de la Terre Gironde, Générations futures, Info Médoc pesticides, Vigilance OGM 33 - avaient appelé à une "action de désobéissance civile".

Vers 12h30, environ 200 personnes ont organisé un "die-in" en s'allongeant sur la chaussée pour symboliser "les trois millions de personnes empoisonnées par les pesticides chaque année". "Stop pesticides" était écrit sur une grande banderole noire avec une tête de mort portant un masque à gaz.

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Sujet:
Commentaire:
yvComment v.2.01.1