Imprimer

Séance du 13-10-2011-2 - Dégustation à l'aveugle

Dégustation à l'aveugle

degustation aveugle

La dégustation à l'aveugle consiste à trouver quel est le vin que l'on est entrain de savourer en déterminant le cru, l'appellation et le millésime.

Dégustation à l'aveugle

degustation aveugle

La dégustation à l'aveugle consiste à trouver quel est le vin que l'on est entrain de savourer en déterminant le cru, l'appellation et le millésime. Si vous voulez vous amuser à imiter les professionnels, vous allez devoir suivre les critères habituellement utilisés pour la dégustation à savoir : la couleur, l'odorat, le goût et la longueur en bouche. N'oubliez pas de recouvrir l'étiquette et c'est parti !

 

gros-plantGros-Plant du pays Nantais sur Lie 2009

Domaine : Domaine Clair Moreau
Couleur : Blanc
Vin délimité de qualité supérieure

Cépage(s)
100 % Folle Blanche.

Terroir
Terroir: sous-sol granitique.
Surface des parcelles: 0,30 hectares.
Rendement : 70 hectolitres par hectare.

Vinification
Vendanges mécaniques.
Fermentation avec des levures neutres à basse température (20°degrés).
Elevage en cuve sur lies fines.
Embouteillage sur lies au mois de mars suivant la récolte.

 

Notes de dégustation

Robe jaune pâle.
Nez délicatement parfumé : notes iodées, notes agrumes, note minérale.
Bouche acidulée tout du long avec une structure légère (seulement 11%vol. d’alcool). Finale longue et citronnée..
En vieillissant douce évoluant avec un retour aromatique miel.

Sur votre Table:

Servir: à l’apéritif en kir avec une crème de pêche ou de cassis ou avec la spécialité nantaise « Le Nantillais » (sirop sans alcool à base t’écorces d’agrumes).
En accompagnement des huîtres et des coquillages crus.

A consommer dans les deux ans suivant sa mise en bouteille.

Habillage: Bouteille Véronique teinte verte.
Capsule blanche du Vigneron Indépendant (VIF).

 

Séance Gros Plant

 

Le gros-plant-du-pays-nantais (connu aussi sous le nom simplifié de gros-plant) est un vin d'appellation d'origine vin de qualité supérieure (AOVDQS) reconnue depuis 1954 produit dans le département de la Loire-Atlantique (vignoble de la vallée de la Loire). Il s'agit d'un vin blanc sec principalement issus du cépage folle-blanche 80% (+ montils + colombard) . Une demande pour passer en AOC, déposée en juillet 2009, a été acceptée en février 2011 ; elle sera applicable en mars 2012.

Ce vin est aujourd'hui, avec 79 380 hectolitres, le premier vin de qualité supérieure de France en volume.

Comme son voisin le muscadet, le gros-plant-du-pays-nantais peut être élevé sur lie.

Élaboré depuis plus longtemps que ce dernier, le vin est aussi plus sec avec une certaine fraîcheur (acidité).

Climat tempéré océanique

Sol brun d’origine métamorphique composé de sable et de graviers

Pieds à l'hectare minimum de 6 500 pieds/ha

Rendement moyen à l'hectare 50 hl/ha

Le vignoble prend son extension au XVIe siècle avec l'implantation sur place du cépage charentais folle-blanche. On lui donne rapidement le nom de « Gros Plant » à cause de ses rendements importants et de son cep charnu.

Sous la pression des courtiers hollandais, recherchant ces petits vins pour l'alambic, le vignoble va connaître ses heures de gloire jusqu’au XVIIe siècle. En effet, la Bretagne bien que rattachée au royaume de France perpétue la taxe douanière à sa frontière, la barrière d'Ingrandes. Ainsi, les vins du pays nantais, exportés depuis le port de Nantes, sont plus rentables que leurs voisins angevins ou tourangeaux. Les Hollandais exportent ce « vins de chaudière » produit en masse, au détriment de la qualité du vin.

Pendant la Révolution française, le vignoble est touché par les guerres de Vendée. Durant le XIXe siècle, le vignoble atteint 50 000 ha, majoritairement pour produire du vin de chaudière destiné à la distillation. Cette surface correspond au vignoble de Loire-Inférieure, planté en folle-blanche , en melon ou en cépages rouges. L’arrivée du phylloxéra, en 1884, va ravager en une quinzaine d’années le vignoble alors planté pour les 2/3 en folle-blanche. Il fut reconstitué avec des plants greffés.

Ainsi replanté, le vignoble atteint 5 000 hectares. Une recherche de la qualité le réduisit à 2 500 hectares dans les années 1950. Dès lors fut développée une politique de reconversion pour obtenir l'appellation d’origine. Le syndicat de Défense fut créé dès 1951. Il imposa sa volonté de qualité et obtint le classement de ses vins en VDQS le 26 février 1954.

Aujourd'hui, le gros-plant-du-pays-nantais souffre de la comparaison avec son voisin muscadet n'ayant pas connu le développement technique et commercial de celui-ci. De plus, la tendance est plutôt au remplacement du cépage folle-blanche par le melon de Bourgogne, jugé plus rentable. Limiter le rendement au profit de la qualité fait que le gros-plant perd son point fort. En 2009, l'Union des producteurs de gros-plant du Pays nantais présente à l’INAO un cahier des charges entamant une procédure pour la reconnaissance du vin de gros-plant comme appellation d'origine contrôlée.

Vignoble

Carte gros plan pays nantais

L'aire d'appellation VDQS se superpose sensiblement à celle du muscadet. Son terroir s'étend sur l’ensemble du vignoble nantais, d’Ancenis à Pornic, avec deux pôles de production plus importants : l'est de la région Sèvre-et-Maine d’une part (Le Loroux-Bottereau et Vallet) et les régions de Logne, Boulogne et d'Herbauges d'autre part avec Corcoué-sur-Logne et Saint-Philbert-de-Grand-Lieu. La zone de prédilection du gros-plant se situe dans le Pays de Retz. Cette zone d'appellation comporte 92 communes, soit 69 communes de Loire-Atlantique, 16 communes en Maine-et-Loire et 4 communes en Vendée.

Bien que le gros-plant soit issu d'un cépage unique, la folle-blanche, d’autres cépages sont cultivés dans le vignoble nantais dans l'air géographique du gros-plant mais n’ont pas le droit à l’appellation AOVDQS gros-plant-du-pays-nantais. Parmi eux figurent le melon de Bourgogne, le Cabernet franc, le Gamay, le Cabernet Sauvignon, le Chenin blanc et le Pinot gris. Cependant ils peuvent bénéficier d’autres appellations AOC ou AOVDQS. Parmi les plus connus figurent le muscadet et les coteaux-d'ancenis.

Encépagement

Dans le vignoble, seule la folle-blanche est réellement cultivée. Ce cépage, probablement d'origine charentaise, est cultivé depuis lontemps dans cette région lorsqu'au Moyen Âge, les Anglais puis les Hollandais et les Scandinaves créent, par leur demande, un engouement pour la plantation de folle-blanche entre Bordeaux et La Rochelle. De petits vins blancs acides, connus sous le nom de « Rochelle blanc » sont produits autour du port charentais pour l’exportation. Les vins blancs charentais donneront naissance au cognac lorsque l'alambic apparaîtra au XVIIe siècle, notamment après le siège de la Rochelle par Richelieu et les troupes royales : ne pouvant exporter les vins, ceux-ci furent distillés pour éviter qu'ils ne se gâtent. C'est ainsi qu'à partir de cette époque, les vins blancs secs prisés par les Hollandais sont produits plus au nord, autour du port de Nantes, dans le vignoble actuel du muscadet et du gros-plant-du-pays-nantais.

La folle-blanche trouve en région nantaise un climat frais propice à sa culture. En 2002, une parcelle expérimentale a été plantée par la SICAREX et l'ITV (organismes de recherche viticole) de Nantes. Le but est de faire des essais de vins bi-cépages : en particulier, voir l'intérêt d'assembler au moins 80 % de folle-blanche avec 20 % de montils, de colombard ou pinot gris. Au terme de cette expérimentation, une meilleure qualité sans renier la typicité du vin pourrait permettre d'accéder à l'AOC.

Méthodes culturales

La densité de plantation est de 5 000 pieds/ha. L'écart entre rangs ne peut excéder deux mètres et l'écartement entre ceps sur le rang ne peut être inférieur à un mètre.

Le vignoble est conduit en taille courte (cordon de Royat, gobelet, éventail), en guyot simple ou en guyot nantais (amalgame de guyot simple et de guyot double, une baguette et deux coursons). Les vignes doivent être taillées avant l'apparition d'une pointe verte au sommet du bourgeon, quelques jours après le débourrement et le nombre d'yeux fertiles par cep est limité à quatorze.

Les vignes sont maintenues verticalement par un palissage. La hauteur du feuillage doit être supérieure à 60 % de l'écartement entre rangs. Les feuilles, par la photosynthèse, sont les organes où sont synthétisés le sucre et les arômes du raisin. Un feuillage trop limité nuirait à la qualité du futur vin.

Les vignes doivent être conduites de manière à avoir un bon état sanitaire du feuillage et du raisin, un bon entretient du sol et le taux de ceps morts ou manquants ne doit pas dépasser 20 % . Ces méthodes permettent d'obtenir un rendement moyen de 70 hl/ha.

Récolte

Lors des vendanges, le rendement de l'appellation est de 50 hectolitres par hectare. Le degré potentiel minimum du raisin récolté doit être supérieur à 8,5 % vol. En dessous de cette valeur, le raisin n'est pas considéré assez mûr.

Une partie de la production de folle-blanche est élevée sur lies comme le Muscadet et il reste perlant. Il peut porter dans ce cas la mention « sur lie » spécifique au vignoble nantais. Pour cela ces vins doivent rester sur leurs lies fines de vinification dès la fin de la fermentation alcoolique et au moins jusqu’au 1er mars de l’année qui suit la récolte. En outre, les vins doivent n’avoir passé qu’un hiver en cuve ou en fût et se trouver encore sur leurs lies au moment de la mise en bouteille. Celle-ci ne peut s’effectuer qu’entre le 1er mars et le 30 novembre qui suit la récolte. Environ 30 000 hl de gros-plant-du-pays-nantais sont produit sur lie. Avec cette technique de la lie, le vin est en contact avec un dépôt de cellules mortes de levure (la lie) qui s’est formé au fond du tonneau. La découverte de ce procédé fut quasiment accidentelle au début du XXe siècle, car les vignerons du pays nantais avaient l’habitude de garder la meilleure barrique de la récolte pour fêter les grands événements familiaux. Conservée sans soutirage, cette « barrique de noces » donnait à ce vin un caractère particulier, plus frais en bouche avec un bouquet plus complet.

En 2005, le gros-plant est produit par 812 opérateurs. (687 caves particulières, 3 caves coopératives et 11 négociants).

Commercialisation

Le gros-plant-du-pays-nantais, et plus généralement le vignoble nantais, est membre de l'organisme interprofessionnel « Interloire » qui regroupe une grande partie des professionnels de la viticulture de loire. Interloire représente 46 appellations situées de Nantes à Blois. Lors des différents salons du vin se déroulant en France et à l'étranger, le gros plant est partie prenante de l'organisme Interloire au côté des vins d'Anjou, Saumur et Touraine.

Le vin de Gros Plant bénéficie d'une renommée plutôt discrète au niveau national et quasi inexistante au niveau international du fait de la comparaison avec le muscadet et autre chardonnay produit dans ce même vignoble nantais. Les ventes sont donc pour la plupart locales. La production annuelle atteint environ 25 millions de bouteilles.

En 2008, la vente au négoce de gros-plant représente 52 000 hectolitres, et la vente directe 12 200 hectolitres.

Type de vins et gastronomie

D'une manière générale il se caractérise par une robe pâle à reflet vert et dégage des arômes à dominante florale (fleur blanche, aubépine...), agrume (citron...) voire fruit exotique, avec parfois quelques notes minérales.

Son côté acidulé est relevé par une petite note citronnée et iodée.

Il est aussi possible de dégager deux types de gros-plant distincts.

Celui cultivé dans l'aire Sèvre-et-Maine est fin et long en bouche. Le second, issu de la région d'Herbauge et de Logne-Boulogne, est quant à lui plus charpenté et fruité.

L'élevage « sur lie » lui confère fraîcheur et légèreté. Il doit être servi entre 8 et 10 °C. Traditionnellement, il accompagne les poissons de Loire ou du lac de Grand-lieu, les fruits de mer, il est particulièrement connu pour accompagner les fruits de mer, notamment les huîtres, moules et autres bigorneaux.

Il reste parfait jusqu'à sa seconde année de mise en bouteille. (3 ans max)

Le Gros-Plant fera aussi le bonheur des amateurs de Kir puisqu'il se marie parfaitement avec une liqueur de cassis, de pêche de vigne ou de griotte et vous permettra d'entamer une charmante soirée d'agréable manière

 Souce : Wikipédia

dégustation à l'aveugle

Ajouter votre commentaire

Votre nom:
Sujet:
Commentaire:
yvComment v.2.01.1
www.joomlatutos.com
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
57
Total :
102858
Il y a 124 utilisateurs en ligne