Les rosés d’Aix chez Vasarely

Les Coteaux d’Aix-en-Provence viennent de signer un partenariat pour trois ans avec la fondation aixoise Vasarely. Ils financeront la mise en lumière du bâtiment et la restauration d’œuvres tandis que les rosés seront servis dans les événements.

Désormais Vasarely boira du rosé et plus exactement du coteaux-d’aix-en-provence. L’appellation vient de s’engager dans un partenariat sur trois ans avec la fondation du peintre située le long de l’autoroute A8 en arrivant sur Aix. La signature de ce mécénat qui porte sur une enveloppe de 50 000 € par an était l’occasion de réunir dans le temple du Op Art (optical art) une quarantaine de vignerons (sur un total d’environ 70 metteurs en marché, caves particulières et coopératives) et cinq négociants majeurs (AdVini, Grands Chais de France, Estandon, Bréban et Aix). « C’était la première fois que nous rassemblions les opérateurs de l’appellation autour d’un diner, souligne le dynamique président des Vins d’Aix Olivier Nasles, à l’initiative de cet accord. Le cadre de la fondation se prêtait à la convivialité et aux échanges. L’idée est d’associer nos rosés à la modernité de l’œuvre de Victor Vasarely. »


On servait déjà du rosé à la fondation car son vice-président n’était autre que Pierre Guénant, le propriétaire de Villa Baulieu disparu en septembre dernier, et surtout grand mécène de la culture. « L’idée est d’en faire profiter tous les vins de l’appellation en veillant aux coûts de chaque opération au regard de l’impact possible, précise Olivier Nasles. C’est la raison pour laquelle nous avons arrêté la présentation du millésime et les Jolis Soirs d’Aix qui ne touchaient pas assez de monde ». 

Les vins aixois servis à la fondation

Les vins seront servis lors des événements de la fondation et à l’occasion d’accueil en BtoB en échange de la restauration des œuvres et de la mise en lumière du bâtiment. « Le partenariat se construira au fil du temps », précise le président aixois qui rêve d’un jeu de lumières en rose sur les alvéoles noires et blanches de la façade. Le plasticien, mort en 1997 est l’un des rares à avoir pu créer de son vivant sa fondation, inaugurée en 1976 et classée monument historique en 2013. Résidant à Gordes, entre Aix et Avignon, il avait choisi de construire son centre architectonique sur la colline du Jas-de-Bouffan chère à Cézanne. Olivier Nasles rappelle que la fondation est amenée à se développer grâce au partenariat avec le centre Beaubourg. Le musée national d’art moderne lui prête déjà des collections en période estivale depuis 2019 et pourrait effectuer davantage de dépôts quand il fermera en septembre 2024 pour 3 ans de travaux de désamiantage.


O. Nasles

Les coteaux d’Aix en quelques chiffres

Les vins d’Aix devraient s’approcher des 230 000 hl pour le millésime 2022 après le petit millésime 2021 impacté par le gel à 213 000 hl. Ils représentent environ 18 % des vins de Provence et 87 producteurs (caves et coopératives). Ils avoisinent les 86 % de rosés, les blancs étant en légère progression de 5 à 7 % au détriment des rouges qui ont chuté de 10 à 7 %. « Nous avons été longtemps à majorité rouge, autour de 60 % dans les années 90, avant de chuter à 30 % dans les années 2000 et aujourd’hui nous sommes surtout rosés comme le reste de la Provence ».

Cet article Les rosés d’Aix chez Vasarely est apparu en premier sur Terre de Vins.