Château de Laubade : quand l’armagnac s’habille de Sauternes

C’est le dernier né de la série des Curiosités de Laubade, le prestigieux domaine en Armagnac. Il s’appelle l’Enchanteur et il est issu d’un voyage spiritueux et spirituel entre les rives de l’Adour et celles du Ciron dans le sauternais. Explications.

C’est encore une idée qui a germé au travers de la crise sanitaire… “L’idée de cet affinage est née pendant le premier confinement du printemps 2020…, explique Denis Lesgourgues, le propriétaire du Château de Laubade. Cela faisait longtemps que j’imaginais ce que pourrait apporter une barrique d’un grand vin de Sauternes… Nous sommes amis avec Jean-Jacques Dubourdieu, avec qui on partage beaucoup de valeurs et de points communs (il est super innovant aussi pour son vignoble et son syndicat) et avec qui on a toujours gardé des liens d’amitié depuis l’époque de son papa Denis, qui fut une grande personne à Bordeaux… !”

L’Enchanteur est donc issu de la crise mais aussi d’une longue histoire d’amitié suspendue à l’amour du travail bien fait. Dans les faits, il s’agit de raisins d’ugni-blanc du vignoble de Laubade du millésime 2010. Après une distillation classique propre à l’Armagnac, l’eau-de-vie fut élevée pendant neuf mois dans des fûts de chêne de Gascogne de 430 litres. C’est après que l’eau-de-vie est entonnée dans des barriques du Château Doisy-Daëne (Grand Cru Classé 1855 de Sauternes et Barsac) ayant servi à l’élaboration du célèbre liquoreux. L’affinage ou le finish cask a duré huit mois et l’eau-de-vie a été lentement descendue à 45.2%. Ces 562 bouteilles de ce premier tirage sont labellisées “eau-de-vie de vin” étant donné que l’AOC Armagnac n’autorise pas l’affinage dans des barriques où d’autres produits sont passés. “Même pour des barriques ayant contenu du vin auparavant, la position officielle du Bureau National Interprofessionnel de l’Armagnac n’est pas encore claire. L’Armagnac a loupé la possibilité de se différencier de son voisin de Cognac, c’est bien dommage… À Laubade, nous pensons que l’innovation, dans le respect de la tradition, a du bon et permettra d’inventer l’armagnac de demain ! C’est vraiment cela qui nous passionne”, souligne Denis Lesgourgues.

En attendant que les lignes bougent – ou pas -, cette pépite très suave aux arômes de gelée de coings et d’abricot sec est réservée au marché français et européen. Avis aux amateurs curieux d’eaux-de-vie sur-mesure !

Château de Laubade, L’Enchanteur, de l’Adour au Ciron 2010 (50cl) : 59€

Cet article Château de Laubade : quand l’armagnac s’habille de Sauternes est apparu en premier sur Terre de Vins.